fbpx

7 raisons pour bannir le plastique en usage alimentaire…

via organicwelcome

D’une façon ou d’une autre, notre nourriture est toujours en contact avec le plastique. L’on utilise des sacs, des emballage ou même des récipients pour stocker les restes, en effet nous l’utilisons constamment tant que la nourriture est en notre possession. Mais avant même que nous les achetions de l’épicerie, ceux-ci sont traités avec du matériel en plastique et expédiés dans des boîtes et des canettes doublées en plastique.

Donc, un produit aussi largement utilisé doit être sûr, non? Malheureusement la réponse est NON. Bref, les produits chimiques contenus dans le plastique peuvent pénétrer par lixiviation dans nos aliments et les fabricants ne veulent en aucun cas divulguer les produits chimiques qu’ils utilisent.

Il existe plusieurs points d’interrogation sur la sécurité du plastiques, et nous savons qu’un additif commun appelé BPA (bisphénol A) perturbe le système endocrinien et peut être lié à des problèmes de comportement, au cancer et aux maladies cardiaques.

Le plastique rend nos vies plus agréables, mais cet arrière-goût amer dans des aliments stockés depuis longtemps ou cuits dans du plastique nous révèlent plusieurs choses…! Notre dépendance vis-à-vis du plastique nous pose de nombreux problèmes. Nous allons explorer sept raisons impérieuses pour rompre avec cette habitude, en particulier lorsqu’il s’agit de notre nourriture.

1.BPA

via depositphotos

Il existe de nombreux types de plastiques et ils sont tous codés avec un numéro. Les consommateurs utilisent ces chiffres pour déterminer si un plastique particulier est recyclable. Pour les fabricants, les chiffres désignent une « recette » particulière. Le plastique n ° 7 est un plastique dur en polycarbonate, qui contient du BPA.

Le BPA s’accumule dans le corps au fil du temps et perturbe le système endocrinien tout en augmentant le risque de plusieurs maladies mortelles, cancer et maladies cardiaques. Les enfants, y compris les nourrissons et les fœtus, sont particulièrement sensibles aux effets du BPA qui est présent dans nos aliments. C’est la raison pour laquelle une récente campagne a banni le BPA de produits comme les biberons et les gobelets.

Mais le BPA apparaît dans de nombreux autres endroits, certains auxquels vous ne vous attendriez pas. Il revêtit les canettes d’aluminium qui contiennent des soupes, des fruits et des légumes. Il se trouve dans le papier de réception, les canettes de soda, les DVD et les tasses à café isolées. Recherchez l’étiquette sans BPA sur autant de produits que possible pour limiter le risque d’exposition à un tel produit chimique vraiment néfaste.

2.Phtalates

via organicwelcome

Voici la plus de mauvaises nouvelles pour les jeunes. Les plastiques mous qui apparaissent dans toutes sortes de jouets pour enfants sont fabriqués avec des phtalates pour que le matériau reste malléable. C’est du PVC ou du plastique n ° 3. Les phtalates ne se lient pas chimiquement au PVC, ils s’infiltrent donc facilement dans la peau ou dans les aliments qu’ils touchent.

Des études montrent que les phtalates nuisent aux systèmes endocrinien et reproducteur des enfants en développement et peuvent même augmenter le risque de cancer du foie. L’odeur du PVC frais provoquant des maux de tête, peut vous donner une idée de sa toxicité…!

3.L’antimoine

via Salajean/CanStockPhoto

Vous savez probablement déjà que les bouteilles d’eau en plastique sont une catastrophe environnementale, mais vous ne réalisez peut-être pas la menace qu’elles représentent pour notre santé. Le plastique utilisé dans ces bouteilles est le PET # 1 et utilise un produit chimique appelé antimoine comme catalyseur. Les chercheurs soupçonnent que l’antimoine augmente le risque de cancer au cours de la vie.

Davantage d’études sont nécessaires pour déterminer tous les risques associés à la consommation d’eau contenant de l’antimoine. Des effets néfastes sur la santé ont été documentés chez les personnes qui utilisent de l’antimoine de manière professionnelle après une exposition par inhalation, par voie orale ou par la peau, à la substance chimique ou à ses composés associés.

4.Antibactériens

via organicwelcome

Le type de plastique qui constitue la plupart de nos contenants pour aliments est appelé polypropylène (plastique n ° 5). Depuis un certain temps, le n ° 5 est considéré comme une alternative saine au plastique BPA. Cependant, il a été récemment découvert que des additifs antibactériens s’y infiltrent par lixiviation, ce qui renforce la conclusion qu’il n’y a pas de plastique sûr ou sain…

En tant que découverte relativement nouvelle, peu de recherches ont été menées sur les dommages que nous pourrions subir en utilisant des plastiques n ° 5. Cependant, nos intestins doivent maintenir un équilibre délicat de bactéries pour ainsi fonctionner correctement, et l’ingestion d’additifs antibactériens peut certainement menacer cela.

5.Téflon

Le téflon est un type de plastique antiadhésif qui recouvre certains pots et casseroles. Nous n’avons aucune preuve que le téflon soit toxique en cas d’ingestion, mais il peut libérer des produits chimiques toxiques à très haute température (plus 200 °C). Le téflon libère également des produits chimiques dangereux lors de sa fabrication et de son élimination.

Vous pouvez théoriquement être à l’abri de l’exposition au téflon tant que vous ne faites pas griller des aliments dans des pots en contenant. Mais pour être vraiment en sécurité, optez pour des ustensiles de cuisson fabriqués à partir de matériaux plus sûrs.

La fonte et la céramique sont de bons choix. Sachez que le téflon est également utilisé dans la doublure des emballages antiadhésifs pour des articles tels que le pop-corn pour micro-ondes et les récipients de restauration rapide.

via alternativesante

6.Transfert inévitable

Nous savons depuis longtemps qu’il n’y a aucun moyen d’éviter la lixiviation de petits morceaux de plastique ou leur migration dans nos aliments. L’industrie chimique reconnaît cela, mais souligne que le taux de transfert est très faible. Ce qu’ils n’ont pas tendance à dire, c’est que bon nombre de ces produits chimiques ne peuvent pas être éliminés par le corps; ils résident plutôt dans nos tissus adipeux et continuent de croître en concentration au fil des ans…

Si vous n’êtes pas prêt à vous séparer de l’habitude d’utiliser du plastique, il existe plusieurs moyens de minimiser votre exposition à un tel risque. Par exemple, ne chauffez jamais les aliments dans du plastique car cela augmente la quantité de transfert…

Le niveau de migration augmente également sous l’influence d’aliments salés, gras ou acides. Si vous utilisez un couvercle en plastique pour couvrir les aliments, veillez à ce que le plastique ne touche pas physiquement les aliments, et ce en utilisant des cure-dents (ou quelque chose du genre) pour le maintenir surélevé.

via up-magazine

7.Il endommage l’environnement et infiltre la chaîne alimentaire

via organicwelcome

Ce n’est pas une nouvelle que le plastique ne se biodégrade pas et s’accumule à un rythme alarmant dans les décharges. Pire encore, il se retrouve dans nos cours d’eau et nos océans. Un exemple notable est le Great Pacific Garbage Patch, une vaste collection de particules de plastique flottantes qui ne représente qu’une petite île des nombreuses «îles» de déchets dans le monde.

Le plastique ne se dégrade pas, mais se décompose en particules plus petites sous l’influence du soleil et de l’eau. Les poissons et les oiseaux consomment les particules plus petites qui sont présentes dans la chaîne alimentaire. Bien entendu, l’ingestion d’une quantité non toxique de produits non alimentaires est également préjudiciable aux populations de ces animaux, ce qui réduit leur nombre et menace certaines d’entre elles d’extermination…

Il n’est pas facile d’éviter entièrement le plastique en raison de sa prévalence dans notre alimentation. Toutefois, vous pouvez prendre certaines mesures simples pour minimiser votre exposition à un tel risque. Pour commencer, utilisez des récipients en verre. Utilisez un morceau de tissu ou de papier absorbant au lieu de film plastique…

Il est également utile de laver les récipients en plastique à la main, plutôt que de les mettre au lave-vaisselle, et d’éliminer tout plastique éraflé ou déformé, généralement sous l’effet de la chaleur ou de l’humidité… Petit à petit, si nous pouvons réduire notre dépendance au plastique, la santé de la Terre et de toutes ses créatures s’améliorera de manière exponentielle.