fbpx

Une femme mariée âgée de 32 ans, a utilisé de fausses photos d’échographie fœtale achetées sur eBay pour tromper son amant de 18 ans en lui faisant croire qu’il deviendrait père…

Une femme MARIÉE a faussement déclaré à son amant adolescent qu’il était le père de son enfant – ce qui a amené sa famille à s’occuper d’un bébé qui n’avait rien à voir avec eux pendant plus de trois ans.

Sarah Dowson a persuadé le jeune adolescent de 18 ans qu’il l’avait mise enceinte – et n’a été arrêtée que lorsque la police a découvert de faux scans de bébé qu’elle avait achetés sur eBay lors d’une enquête.

Vile Sarah Dowson constructed a web of lies to make her toyboy lover believe he'd got her pregnant
Credit: Hyde News & Pictures Ltd

Sarah Dowson a mis en oeuvre une toile de mensonges pour faire croire à son amoureux qu’il l’avait mise enceinte…

Dowson, pictured on her wedding day to husband Thomas,a 32-year-old delivery driver, has now been jailed
Dowson, photographiée le jour de son mariage avec Thomas son mari, un chauffeur-livreur de 32 ans, qui a été lui aussi emprisonnée
Credit: Hyde News & Pictures Ltd

Aujourd’hui, elle a été emprisonnée pendant plus de trois ans.

Le tribunal a entendu les dires de la maman de 32 ans, la victime de Joseph Bastin après l’avoir rencontré au restaurant chinois où ils travaillaient tous les deux.

Le tribunal a appris que lorsque l’adolescent a dit à Dowson qu’il voulait mettre fin à leur liaison, elle lui a dit qu’elle était tombée enceinte et a commencé à causer de l’embarras à sa mère, et ce en lui demandant de payer la pension alimentaire pour l’enfant.

Lorsque la famille de l’adolescent est allée à la police pour se plaindre des harcèlements, Dowson a déposé une malicieuse allégation selon laquelle elle dit que la victime l’avait violée.

Son cocu mari, qui croyait à la plainte pour viol, a confirmé ses mensonges.

Le juge Morris a appris que les mensonges de Dowson, une mère de trois enfants, ont commencé à s’effondrer lorsque la police a découvert les résultats d’un test ADN secret, qui a prouvé que son mari était le père du bébé.

L’adolescent avait déjà dit à ses parents qu’il avait engendré un enfant – et pendant trois ans et demi, sa famille avait pris soin du petit garçon, a-t-on entendu.

Le procureur Simon Jones a déclaré au tribunal que Dowson avait commencé à envoyer des messages sexuels à l’adolescent, qui travaillait à temps partiel dans le même restaurant chinois où elle et son mari étaient tous deux employés en mai 2014.

Elle a couché avec l’adolescent dans une zone boisée après qu’ils soient sortis avec les autres employés du restaurant pour fêter ses 18 ans.

Quelques semaines plus tard, elle a contacté M. Bastin pour lui annoncer qu’elle était tombée enceinte et que c’était son bébé.

Peu de temps après, elle lui a dit qu’elle faisait une fausse couche dans une chambre d’hôtel.

Mais M. Bastin n’a pas vu les messages car il était en soirée – et Dowson pensait qu’elle avait été rejetée par l’adolescent.

En septembre 2015, Dowson a dit à M. Bastin qu’elle voulait un autre bébé – et lui a dit qu’il l’avait « mal traitée » pendant sa « grossesse précédente ».

‘PUNITION’

Cependant, le tribunal a découvert qu’elle n’était jamais tombée enceinte en premier lieu – des messages entre l’accusée et son mari suggérant qu’elle avait eu des règles abondantes.

Malgré cela, Dowson a envoyé à sa victime plusieurs milliers de messages pendant 100 jours, à raison de quatre messages par jour, et a menacé de se suicider s’il ne l’imprégnait pas.

L’adolescent a finalement cédé et ils ont eu des rapports sexuelles «  quatre ou cinq fois de plus  », a déclaré l’accusation.

En février 2016, la victime a mis fin à sa relation avec Dowson – et par la suite elle a envoyé un message à son mari lui demandant un autre bébé.

Elle a donné naissance à un garçon en novembre 2016.

Tout au long de sa grossesse, elle a été soutenue par la maman de M. Bastin, Marianne Bastin, qui pensait que l’enfant était son petit-fils.

Mme Bastin avait reçu de fausses images numérisées de Dowson.

L’accusé avait acheté les images sur eBay.

En décembre 2016, elle a demandé des pensions alimentaires pour enfants, que M. Bastin et sa maman ont acceptées – une fois le test de paternité effectué.

Dowson a refusé qu’un test du genre soit approuvé par le tribunal, mais a proposé un test de « tranquillité d’esprit » avec AlphaBiolabs.

M. Bastin a alors appelé la police.

Il est apparu plus tard que Dowson avait envoyé une image falsifiée, un résultat de test ADN qu’elle avait modifié pour faire dire que M. Bastin était le père de son enfant, au service d’entretien des enfants pour essayer d’obtenir frauduleusement des paiements de sa part.

Mais après que la police a appelé Dowson pour une entrevue volontaire, elle a envoyé un courriel à Hampshire Constabulary affirmant que M. Bastin l’avait violée il y a deux ans.

À la suite de cette allégation, M. Bastin a été arrêté et maintenu en garde à vue pendant 10 heures et demie pour interrogatoire.

Il a en outre été interrogé quatre fois lorsque Dowson a ensuite allégué qu’il la harcelait.

Dowson a même trafiqué des courriels et des messages Facebook et Snapchat pour donner l’impression que M. Bastin avait reconnu le viol présumé et l’avait menacée de la tuer.

M. Jones a déclaré: « Il s’agit d’une vendetta délibérée et malveillante contre Joseph Bastin. »

Dowson et son mari, un chauffeur-livreur de 32 ans, ont comparu pour être condamnés à Reading Crown Court.

Elle a admis trois chefs d’accusation de détournement de justice et un chef de fraude.

Le tribunal a déclaré que Thomas Dowson, un chauffeur-livreur de 32 ans, avait « vraiment cru » que les affirmations de sa femme étaient vraies.

Il a admis un chef d’accusation de prévarication et a reçu une condamnation avec sursis pour neuf mois, suspendu pour 18 mois.

Sarah Dowson a été emprisonnée pendant trois ans et demi.

Dowson told police her teenage lover had raped her during a series of lies about what had really happened
Dowson a déclaré à la police que son amant adolescent l’avait violée lors d’une série de mensonges sur ce qui s’était réellement passé
Credit: Hyde News & Pictures Ltd
Thomas Dowson was spared a prison sentence for his part in the deceit
Thomas Dowson a échappé à une peine de prison dans cette affaire.
Credit: Hyde News & Pictures Ltd